NOTE D'INTENTION

Entre janvier et novembre 2018, en collaboration avec la compagnie d'Elles (DRAC Aquitaine) et le dispositif transfrontalier « De Mar a Mar» (Fonds Européens), j'ai travaillé six semaines au Lycée Agricole de l'Oustal à Villeneuve sur Lot, une semaine au Lycée des Beaux-arts de Huesca, en Espagne, et une semaine avec les étudiant-e-s de l’université J.Jaurès à Toulouse.

 

En abordant le sujet avec les jeunes, je suis arriver à considérer la question des règles dans sa globalité comme un des facteurs d'inégalités hommes femme.

 

La culture, la création artistique sont des sources de questionnements de remise en cause au service de l’éducation populaire.

En tant que circassienne, j’ai appris à vivre et accepter les « contraintes » du cycle menstruelle, à comprendre l’impact de celui-ci sur mon corps et adapter l’intensité de ma pratique physique en fonction des périodes. Malgré la fatigue, la douleur et la peur de la petite fuite, il faut « sourire » et le spectacle doit continuer.

Mon envie de développer PETITE FUITE, a démarré avec la création d’un numéro de tissu aérien qui met en scène une femme hyper-sexualisée qui a ses règles. Force a été de constater qu’au moment de la petite fuite, les réactions du public sont unanimes : les regards se focalisent sur la tâche rouge - qui apparaît dans le décor et les prouesses de la belle acrobate que je suis, passent complètement à la trappe ! Dans le monde du cirque contemporain actuel, le tissu aérien - plus régulièrement appelé ruban, foulard, ou rideau - est perçu comme ringard et démodé, associé dans l'imaginaire collectif à une acrobate, belle, souple et sensuelle. Je m’amuse à renverser les codes pour utiliser tous ces clichés comme un moteur de création.

« On pourrait se dire que c’est dommage que les règles en tant que phénomène, expériences, thème existentiel ou créatif soient balayées de notre culture, et que la place publique offre si peu d’occasions de représenter les expériences liées à la menstruation. ».

Extrait du livre « L’origine du monde » de Liv Stromquist.

Cette expérience scénique a réveillé en moi des souvenirs d’adolescente. Quand j'ai eu mes premières règles, je n'ai pas été accompagnée par ma famille ou mes professeurs. C'était un évènement tabou qui devait rester cacher dans les toilettes ! Pour atténuer les complexes générés par les règles, il me semble essentiel de rompre le silence en abordant le sujet dès le plus jeune âge.

Depuis les prémices du projet, ma volonté a été de partager le processus de création avec un public adolescent. Aujourd’hui, PETITE FUITE c'est : une création partagée ; une co-écriture ; un espace d’expression multiple ; un spectacle circassien fragmenté de scènes créées par les co-auteurs ; et c’est un espace scénique ou la maladresse et la fragilité ont leur place !

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now